Les piliers obligatoires du système social Suisse

Le système social Suisse est composé de 2 piliers obligatoires:

  • le 1er pilier (AVS) qui correspond a la rente vieillesse obligatoire.
  • le 2ème pilier (LPP) qui correspond à la retraite.

Ces 2 piliers sont prélevés directement sur le salaire. Mais, on s’aperçoit malheureusement que l’addition de ces 2 piliers amènerait les salariés à l’âge de retraite au mieux à tout juste 40% de leur dernier salaire pour autant qu’ils aient travaillé 44 ans en Suisse soit toute leur carrière.

Indéniablement, l’Etat Suisse s’est rendu compte que cela ne pouvait suffire à vivre pleinement sa retraite, donc la confédération Suisse a mis en place en 1985 de manière facultative le 3ème pilier Suisse.
C’est donc une loi, et les banques et les assurances se sont adaptées.

Souscrire à ce 3ème pilier est très avantageux pour diverses raisons.

II s’applique aux salariés Suisses et aux frontaliers du canton de Genève.
II permet avant toute chose d’épargner en toute sécurité et de manière optimisée son argent pour autant que le 3ème pilier Suisse soit lié à une assurance. II y a un capital minimum garanti en cas de vie et en cas de décès, ce capital est fonction de la prime que l’on choisit de mettre et de la durée du contrat qui est calculé jusqu’à l’âge de retraite.

Si pendant la souscription de ce 3ème pilier Suisse le preneur d’assurance est victime d’un accident ou d’une grave maladie qui entraîne une invalidité, donc une perte de gain, il sera libéré de sa prime et la compagnie d’assurance prendra le relais d’honorer la prime jusqu’à terme du contrat s’il le faut.
S’il y a décès, tout le capital prévu au terme du contrat est reversé à effet immédiat au bénéficiaire.
Enfin, souscrire à un 3ème pilier Suisse est déductible des impôts, cela est un réel avantage.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *